Jean-Jacques Gariglio2018-09-10T09:12:10+00:00

Jean-Jacques Gariglio

Des collines de Lyon, peu connues – Fourvière, la Croix-Rousse où je suis né – à ces collines de Rome – les sept dont on a tous entendu parler, mais il y en a d’autres …

J’ai débarqué tout jeune ingénieur au Palais Farnèse. Débarqué, oui, au bureau de l’Attaché Naval où j’avais été affecté pour y accomplir mon service militaire. Un an seulement, suffisamment pour attraper ce que certains appellent un virus et qui pour moi se traduit par une force magnétique m’attirant à Rome et m’y faisant revenir après chacun de mes séjours et voyages dans d’autres pays.

Et il y en a eu des longs séjours au Brésil, au Venezuela jusqu’au moment où j’ai atterri dans la coopération internationale à Rome. Et alors, il y en a eu des voyages, d’innombrables voyages entre Rome et l’Amérique Latine et les Caraïbes.

J’ai donc travaillé pendant plus de vingt ans au Fonds International de Développement Agricole (FIDA), chargé de projets ciblant les populations rurales les plus pauvres de plusieurs pays sous ma responsabilité.

Mais tout cela est du passé désormais et je suis content de disposer de plus de temps pour vivre à Rome, aller très souvent à Lyon redécouvrir mes racines et me consacrer à d’autre centres d’intérêt. Plus de temps aussi pour participer et, pourquoi pas, contribuer aux activités de L’Union dans les domaines qui me sont les plus familiers et où j’espère me rendre utile.

Ah oui, parmi mes centres d’intérêt, la musique, notamment la musique classique et brésilienne et un sport très dangereux … qui s’appelle pétanque !!!  Et enfin, le péché originel des lyonnais, la bonne table, le bon vin, avec modération, évidemment !