ACTIVITÉS

ACTIVITÉS2019-01-17T21:58:50+00:00

Evènements à Venir

Activités passées

C’est avec fierté et émotion que j’ai assisté à la remise, des mains de Monsieur l’Ambassadeur de France en Italie Christian Masset, des insignes du grade d’Officier de la Légion d’Honneur à notre ancienne Présidente et amie Françoise Plantade, le 23 octobre dernier au Palais Farnèse.

Le lieu ne pouvait pas être plus magique et approprié pour honorer la carrière de Françoise et son parcours extraordinaire au service de la communauté francophile de Rome et d’Europe.

Dans le magnifique bureau de l’Ambassadeur, entourée de sa famille, de ses collaborateurs, de ses amis français et italiens, Françoise, tout d’abord au travers du discours émouvant de Monsieur l’Ambassadeur, avec ses propres mots ensuite, a su se raconter et se livrer davantage à nous tous, en toute sincérité et simplicité, avec énormément d’émotion.

Le parcours de Françoise, qui lui a valu l’honneur de recevoir le titre suprême du grade d’Officier de la Légion d’Honneur, est remarquable et c’est autour de la signification de la devise de la Légion d’HonneurHonneur, Patrie et Solidarité qu’il s’articule et que Françoise elle-même nous l’a présenté.

La Légion d’Honneur, nous a-t-elle rappelé, est un ordre national bicentenaire qui fut établi en 1802 par Napoléon Bonaparte, doté d’un drapeau, fièrement porté pour la cérémonie, en ce 23 octobre, pour la première fois, par Madame Yvonne Tarabal. Il s’agit d’une association, la Société des Membres de la Légion d’Honneur présidée à Rome par Madame Anna Maria Tarantola, qui est l’expression de la parité entre hommes et femmes, en charge d’assurer la diplomatie de la France en Italie, au Saint Siège et à la FAO, dans les domaines culturels, sociaux, économiques et institutionnels. Françoise en est la secrétaire générale.

HONNEUR, PATRIE ET SOLIDARITE

A ces trois qualités Françoise répond présente et Monsieur l’Ambassadeur le souligne tout particulièrement.

L’honneur tout d’abord.

J’aime la définition d’honneur que nous fournit Françoise en citant l’académicien Erik Orsenna:

« L’Honneur est ce bien moral conquis dans la lutte et qui permet à la fois d’acquérir la considération d’autrui et de conserver sa propre estime ».

Elle nous le livre, c’est son père, le résistant René Plantade, médaillé à 20 ans de la Médaille de la Résistance et plus tard de la Croix de Guerre des mains du Général De Gaulle, qui lui a sans doute transmis ce bien moral et cette force incroyable de guerrière.

L’Honneur, Françoise a su le porter haut, de Chabrignac en Corrèze à Manciano au cœur de la Maremme Étrusque, en passant par Paris et Rome, notre franco-italienne est aussi surtout européenne.

La Patrie ensuite.

L’état reconnait les mérites personnels des candidats à la Légion d’Honneur. La tâche de Paris à cet égard a sans doute été facilitée par les nombreux mérites de Françoise !

Déjà en 2001, le Décret qui l’a nommée au Grade de l’Ordre National du Mérite, faisait référence à son engagement associatif, en qualité de Présidente d’Association. Eh oui, rappelez-vous, Françoise a été présidente de notre association l’Union de 1998 à 2005.

En 2018, c’est le Décret du 14 juillet qui l’a promue Officier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur en sa qualité d’avocat. 48 ans de service en France, 42 en Italie, tous nos compliments !

Le parcours professionnel français, italien et européen de Françoise a été jugé original et méritant par Monsieur le Ministre des Affaires Étrangères et par le Conseil de l’Ordre. En effet, la fondation d’un Cabinet d’avocats franco-italien au service des entreprises installées dans les deux pays, des concitoyens en difficulté en Italie, et des Institutions Françaises a été déterminante ainsi que la collaboration avec le Consulat de France à Rome et l’Ambassade de France.

Pour remercier et rendre honneur à toutes les personnes qui l’ont entourée dans son parcours professionnel, Françoise a remercié en particulier les Consules Elisabeth Tesson et Camille Pauly, Madame Claude Genevier, toute l’équipe de son cabinet d’avocats Agathemis, en particulier son associé Andrea Colletti, mais aussi les entrepreneurs Charles De Tinguy, Dominique Uzel et tous leurs prédécesseurs. Francoise a aussi rendu hommage aux travaux réalisés avec Francis Richard, ancien Directeur Général d’Air France Italie; avec Renato Porta et toute l’Équipe de Biomérieux à Florence ; avec Gilbert Kervella, Directeur Général d’Axa Corporate Solutions à Milan ; avec les Pieux Établissements, représentés par Pierre Blanchard, le Trésorier de l’Institution ainsi qu’avec l’association de la Trinité des Monts.

La solidarité enfin.

Elle se caractérise par des services rendus à la Nation. En 2018, en Europe, elle s’exerce principalement sous deux formes : la famille et la vie associative. Dans ces registres, nous le savons, Françoise mérite amplement le titre qui lui a été décerné. D’abord scout en Corrèze, ensuite membre active des mouvements européens, les Jeune Equipes Internationales, Françoise salue ses amis présents à la réception de l’Ambassade, Gianfranco Astori, Conseiller presse du Président Mattarella et Giulio Prosperetti, Juge Constitutionnel.

L’émotion monte quand Françoise évoque l’Union, notre chère association franco-italienne et nous remémore quelques grands moments du jumelage Rome Paris en l’an 2000, organisé en étroite collaboration avec l’On. Paolo Gentiloni, alors adjoint au maire de Rome, l’Ambassadeur Jacques Blot et le Ministre conseiller Christian Masset – tous trois réunis auprès de Françoise en ce 23 octobre 2018 ! – qui s’était concrétisé par une formidable semaine française en juillet 2000.

Un petit pincement au cœur quand Francoise me remercie personnellement, ainsi que Claire Buob, pour avoir repris les rênes respectivement de l’Union et de Rome Accueil. C’est moi qui te remercie Françoise, pour ta bienveillance et tes conseils ; tu as été un guide et un repère pour accepter la responsabilité de la présidente de l’Union.

Le discours touche à sa fin, la petite étoile brille déjà, rouge et fière sur le revers de sa veste et nos yeux brillent aussi d’émotion et d’orgueil. La famille est présente et nous nous sentons en faire partie.
C’est vers ses petits-enfants Giulia et Lorenzo qu’elle s’adresse en dernier lieu pour leur lancer ce message : « Vous vivrez dans un monde informatisé, robotisé alors n’oubliez pas l’art, la littérature, la liberté et l’amitié, racines de la France et de l’Italie. »

Il est temps alors de lever notre verre et de féliciter de tout cœur ce remarquable parcours.

Un 23 octobre pas comme les autres, un 23 porte-bonheur, un 23 qui évoque des dates chères au cœur de Francoise. Nous avons eu tous beaucoup de chance de t’avoir rencontrée et d’avoir parcouru un bout de chemin ensemble.

Au nom de l’Union, Français de Rome et du Latium et de tous ses membres et amis, nous te disons Bravo Françoise !

Laurence Morel-Chevillet

Le saviez-vous?… Prendre un verre de boisson apéritive remonterait au moyen-âge. Les premiers apéritifs avaient une fonction médicinale. Autrefois, « apéritif » désignait tout ce qui ouvrait l’appétit. En effet, le mot vient du verbe latin aperire, qui signifie ouvrir. Au Moyen-âge donc, pour ouvrir l’appétit et favoriser la digestion, on consommait un vin cuit aromatisé aux herbes.

Aujourd’hui, l’apéritif est un moment privilégié que les français sont 90% à pratiquer ! Il faut dire que la culture française s’y prête bien. D’ailleurs, les étrangers nous l’envient, ils considèrent l’apéro comme un digne représentant du « savoir vivre à la française ».

L’apéritif de rentrée est toujours un événement important qu’on attend avec impatience. Chacun à quelque chose à partager – que ce soit le récit de ses vacances, la dernière mutation, un bon plan à découvrir, les activités ou les projets à venir, etc. Et, rien de tel donc qu’une belle terrasse pour se retrouver après la pause estivale, faire de nouvelles connaissances et découvrir l’association, tout en dégustant un bon verre et en admirant les trésors de la Ville éternelle !

C’est ainsi que nous nous sommes réunis, mercredi 19 septembre 2018, au Pantheon Iconic Rome Hotel, qui vient d’ouvrir ses portes en avril dernier, à deux pas du célèbre monument dédié aux dieux antiques. Celui-ci dispose d’une terrasse exclusive d’où l’on peut distinguer pas moins de sept dômes, clairement visibles sur fond de tuiles de terre cuite. Madame Jacqueline Zana-Victor, conseillère du Maire du 13èmearrondissement de Paris et directrice culturelle, nous fait l’honneur de sa présence pour nous parler des festivités programmées pour honorer les 10 ans de l’association Roma Parigi et qui auront lieu en mars prochain.

A l’arrivée sur la terrasse, pour tous, c’est la surprise totale car le panorama mérite effectivement le détour ! Peu à peu, les participants s’installent sur de confortables sofas et il s’ensuit un joyeux échange de présentations, de retrouvailles et de propos divers.

Il semble que le temps – celui qui compte les minutes et les heures – n’ait plus d’emprise sur nous… Mais le temps – celui qui décrit les phénomènes atmosphériques – lui, en a décidé tout autrement !!!… Car soudain une pluie commence à s’abattre sur nous en s’intensifiant de plus en plus…

Recours au plan B !… Tout le monde rentre à l’intérieur et, comme si de rien n’était, reprend là où il a été interrompu. A l’intérieur, entre 50 et 60 personnes sont présentes… C’est alors que la magie s’opère et que le temps se met à s’accélérer comme dans une course contre la montre, preuve indéniable que le moment a été fort plaisant ! De là, à déclamer un nouvel adage, il n’y a qu’un pas que je franchis allègement : apéritif de rentrée pluvieux, apéritif heureux !!!

Véronique Mignot-Bari

Après trois ans d’absence, le tournoi de pétanque a eu lieu cette année samedi 15 septembre 2018 dans le magnifique parc de la Villa Strohl-Fern, marquant une rentrée qui démarre sur les chapeaux de roues. Pour ceux qui n’étaient pas présents, revenons donc un instant sur cet événement réussi…

Tout a commencé la veille, vendredi 14 septembre au soir, par le marquage des parcelles de pétanque sur le terrain de foot, sous l’œil très attentif de Monsieur Vidal, proviseur du Lycée.

Puis, samedi matin, sous un soleil radieux, les participants – jeunes et moins jeunes –  se présentent à la petite porte et montrent patte blanche avant de pénétrer dans l’enceinte verdoyante du lycée Chateaubriand. Une bonne participation, peut-on affirmer, puisque pas moins de 47 personnes étaient présentes au petit matin !

Quelques représentants du club de pétanque du FIDA (Fonds International de Développement Agricole) sont présents sur les lieux : Eva Qvarnström (notre capitaine du jour), Charles Gracia, José Stigliano, Simone Zein, Abdou Bousselham et bien sûr Jean-Jacques Gariglio, notre vice-président et directeur du tournoi 2018.

Jean-Jacques Gariglio, vice-président et directeur du tournoi 2018

On note également parmi les joueurs la présence de Benoît Bonnet, nouveau proviseur de l’Institut Saint Dominique.

Benoit Brunet, proviseur de l’Institut Saint Dominique, et François Vidal, proviseur du Lycée Chateaubriand

Les triplettes sont rapidement formées et à 10h00 précises, un coup de sifflet marque le début des hostilités… euh, pardon des premières parties ! Les enfants, qui ont leur propre terrain, s’essayent eux aussi dans l’art de lancer des boules colorées.

Pendant plus de deux heures, nos joueurs – experts, débutants ou en herbe – se démènent dans la bonne humeur pour totaliser le plus de points, bravant la chaleur étouffante et humide de cette fin d’été.

12h20, fin du tournoi et bien sûr après l’effort, le réconfort !… Tous les participants se rassemblent sous les pins autour d’un apéritif copieux et varié. Bien sûr, il y a du Ricard – tradition oblige ! – et des glaçons en abondance… Pendant ce temps, Eva et Jean-Jacques se concertent à l’écart sur les résultats des triplettes.

Enfin, une fois que tout le monde s’est sustenté, le directeur du tournoi appelle à nouveau l’attention du public (nouveau coup de sifflet… on dirait qu’il aime vraiment ça !). Après avoir remercié à nouveau Monsieur Vidal (qui est resté en notre compagnie toute la matinée), finalement il procède à l’énoncé des résultats. Les gagnants du tournoi 2018 sont… (roulements de tambour)… Philippe Troncin, Simone Zein et Cécile de Royer, qui reçoivent chacun d’eux une bouteille de champagne.

Mais, à la fin, tout le monde y a gagné car les bienfaits de la pétanque sont tels que cela se voit sur les visages des participants !…

Ne dit-on pas en effet que la pétanque permet de développer les qualités d’adresse et de précision, favorise la coordination des mouvements, affermit les qualités d’équilibre, permet de mieux se contrôler et d’avoir une plus grande maîtrise de soi, procure du plaisir, favorise les contacts humains, développe l’attention, la concentration, le travail de la mémoire, le recours au calcul et aux projections sur les probabilités ?… et j’en oublie certainement !… Sando Kaisen, moine bouddhiste zen et bouliste depuis une trentaine d’années, va même plus loin et, selon lui, la voie du cochonnet serait un sentier lumineux menant à une existence plus sereine et pourrait se révéler une base solide pour s’engager dans un cheminement spirituel. Dans son livre L’esprit de la pétanque (Editions Accarias, L’Originel, 2009), il écrit : « Elle est une fabuleuse opportunité de développer des qualités d’homme exceptionnel et de permettre au pratiquant de mieux communiquer avec le monde et surtout avec lui-même ».

Bref, on ne le dira jamais assez : la pétanque est une activité conviviale et ludique qui met tout le monde d’accord !

Ainsi, après avoir salué l’assemblée, le sourire aux lèvres, heureux de cette bouffée d’oxygène, à la fois mentale et physique, chacun reprend le chemin de la sortie, espérant se retrouver bien vite pour une nouvelle compétition…

Véronique Mignot-Bari

 

Cela se passait il y a 95 ans – très précisément le 11 juin 1923 – les chargés d’affaires de la République française, Monsieur François-Charles Roux, près S. M. le roi d’Italie et Monsieur Cambon, près le Saint-Siège, ainsi que Monseigneur Boudinhon, recteur de Saint-Louis-des-Français et Messieurs Carcopino, historien, et Ousset, négociant, se réunissent au palais Farnèse pour entériner la création d’une « Société française de bienfaisance » au profit des « individus d’origine française et plus exactement de sang français ». Ainsi est née L’Union des Français de Rome et du Latium !

Depuis, tant de choses ont bien changé : le nom, les statuts, le logo, etc. mais une chose est toujours restée la même, c’est l’esprit avec lequel les présidents et membres des différents bureaux et comités ont permis d’assurer la continuité des diverses actions entreprises tout au long de ses 95 ans ! Aujourd’hui, on peut dire que la vieille dame se porte bien !…

95 ans, vous vous rendez compte ! A grande occasion, il fallait donc vous proposer un grand événement !… C’est ainsi que, nous avons choisi de sortir du cadre touristique habituel de Rome et de vous proposer une soirée à bord d’une péniche sur le Tibre, le Baja Club, à l’abri des regards et de la foule. Un lieu pour le moins insolite, ce qui est une chose plutôt rare en plein cœur de Rome !

Amarré le long du Lungotevere Arnaldo da Brescia, loin de l’agitation de la Via del Corso et à deux pas de Piazza del Popolo, le Baja Club offre un cadre exceptionnel, à la fois chic et cosy, et une remarquable vue panoramique sur le Tibre. Avec ses grandes fenêtres, qui permettent de voir la rivière de toutes parts, l’architecture est gracieuse et combine avec élégance le verre, l’acier et le bois.

Une centaine d’invités ont répondu à l’appel en présence de nos partenaires et sponsors le Club Criollo, premier club franco-italien d’amateurs de chocolat, Teleperformance, multinationale d’origine française, leader mondiale de l’offre de service de Contact Center, TIS Salatino qui opère dans le secteur des déménagements locaux, nationaux et internationaux et Christofle, la grande maison d’orfèvrerie française.

Vous n’avez pas pu participer à l‘événement ?… Quel dommage ! Alors, laissez-moi vous raconter cette magnifique soirée.

Tout commence par la tenue de la 87èmeassemblée générale ordinaire, mais ce passage vous a déjà été raconté dans le précédent numéro de Forum, donc je ne m’y attarderai pas. Au terme de la réunion, le bureau procède à une première remise de prix sous forme de bouteilles de champagne, gentiment offertes par les vignerons Christophe Michel, Pierre Deville et Vincent Renoir, provenant tous de Verzy, petite commune adossée à la montagne de Reims : tout d’abord à notre Présidente d’honneur – Elisabeth Tesson, chef de la section consulaire – à nos anciens présidents présents – Gael de Guichen, Françoise Plantade et Francesca Saracci – à une de nos membres fidèle – Denise Meillon – au premier couple inscrit à la soirée – Rosa Romano et Giorgio Toscani– au dernier inscrit à la soirée – Ionis Belletti – et enfin au dernier membreinscrit à l’Union – j’ai nommé Simone Zein.

La présidente prend à nouveau la parole pour annoncer un quiz sur l’année 1923 qui permettra de récompenser d’autres gagnants. Prenez donc vous aussi quelques minutes pour répondre aux questions de ce questionnaire à choix multiple que vous trouverez un peu plus loin…

Il est grand temps de lever notre verre et, àl’unissons, de porter un toast à notre association en lui souhaitant une très, très longue vie !…

Verres à la main, les participants s’unissent par petits groupes pour bavarder ou faire connaissance, pendant qu’un homme au complet impeccable et au sourire charmeur se promène dans l’assistance. Mais qui est-ce donc ce mystérieux personnage ?… Il s’agit de Francesco Addeo, qui vient nous surprendre avec des tours de magie tout à fait stupéfiants. Illusionniste, mentaliste et homme de spectacle, Francesco Addeo se définit comme un professionnel de la magie. Il a travaillé dans de nombreuses productions de télévision (Uno Mattino, Domenica In, Tapetto volante, Buona Domenica…). En 2015, il a participé au championnat mondial de magie (FISM) en tant que seul représentant de l’Italie, se classifiant parmi les meilleurs mentalistes du monde. L’exhibition a été retransmise sur Canale 5 dans le programme « Masters of Magic ». Il a également publié un livre intitulé « Dietro la magia » dans lequel il donne des conseils et explique comment porter l’art de la magie sur scène. Tout au long de la soirée, il s’approche des groupes et propose une démonstration de ses talents. Croyez-moi, c’est à vous couper le souffle !… Chapeau, monsieur le magicien !

Le buffet salé est finalement ouvert pour la plus grande joie des participants. Il y en a pour tous les goûts. La variété et la qualité des mets satisfont les palais les plus exigeants. Un vrai délice !

Puis, arrivent les desserts avec une surprise gourmande ! Le buffet sucré est en effet enrichi par une dégustation organisée par le Club Criollo représenté par Domenico Biscardi, son co-fondateur. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, le Club Criollo naît à Paris au printemps 2013 de l’idée de Bénédicte de Chambure et de Domenico Biscardi et de leur passion commune pour le Chocolat. L’objectif est celui de créer une passerelle privilégiée qui permette aux protagonistes de l’art chocolatier des deux pays de se rencontrer dans un esprit de découverte réciproque, de plaisir et de partage. Pour la dégustation, deux chefs sont présents : Daniele dell’Orco de Cacao Crudo et Federico Cari, chef pâtissier freelance. Que dire de cette dégustation ?… C’est une véritable explosion des sens qui s’offre à vous, bien impossible à restituer sur papier !

Nouvelle pause pour le tirage au sort des gagnants du quizz. Gabriela Arango, responsable de la boutique Christofleprélève au hasard le nom du grand gagnant de notre jeu. C’est Françoise Groussard qui remporte le plus beau lot : une boîte en bois laqué noir et argent de la collection Vertigo, design Andrée Putman. D’autres gagnants reçoivent quant à eux une bouteille de champagne : Liliane Lof, Denise Meillon, Marta Bertoni, Giuseppe Pozzati et Maura Tortora.

Et maintenant place à la danse !… Jeunes et moins jeunes envahissent la piste et se déhanchent au rythme de la musique sous la direction du disc-Jockey jusqu’à tard dans la nuit.

Je pense que, ce jeudi 14 juin, nous avons fêté dignement les 95 ans de notre association avec dynamisme et bonne humeur ! Plaisir de se retrouver et de partager de bons moments, n’est-ce pas cela en fait le secret de jeunesse d’une association ?… Alors, encore une fois, longue vie à L’union des Français de Rome et du Latium ! On se revoit dans cinq ans pour un centenaire retentissant…

Véronique Mignot-Bari